SDB, trois lettres pour un parti breton plus conquérant que les autres?

POLITIK / SBD = STROLLAD BREIZH DIZALC’H (parti de la Bretagne libre)

Naissance d’un nouveau parti pour Breizh!

Un de plus diront les uns, surtout qu’au vu des dernières Législatives françaises, aucune union de ceux-ci pour ne pas faire que de la figuration, des scores négligeables… A contrario, en Corse et même en Occitanie (Jean-Claude Lassalle), des représentants locaux réussirent à se faire élire…

SDB est donc ce nouveau parti, fondé par Bertrand Deléon, militant indépendantiste, ex-membre du Parti Breton qui s’était déjà présenté sur une liste d’union (la seule en Breizh) en bro-Naoned lors des Législatives de 2012.

Les Valeurs fondatrices

L’indépendance définit l’objectif principal du parti. Ses valeurs s’articulent autour de ce point central, présent dans toutes ses communications.

Le parti refuse tous les extrêmes. L’idée d’indépendance, de souveraineté est un projet légitime, logique et nécessaire pour tout territoire comportant une histoire, une nation ancienne, et un destin commun. L’humanisme passe par la défense de la communauté nationale et la protection des femmes et des hommes qui la constituent quelles que soient leurs origines, leur religion ou leurs croyances, leurs opinions ou leur orientation sexuelle.

Tout individu est accepté dans le parti sous les deux seules conditions de partager l’ensemble des valeurs cadres exprimées par la présente charte et de n’adhérer à aucun autre parti politique (autrement dit, les doubles adhésions ne sont pas autorisées dans Strollad Breizh Dizalc’h) ;

Economie & emploi :
La priorité d’embauche pour les résidents bretons, les membres de leur famille expatriée et toute personne extérieure, conjoint-e-s ou s’engageant clairement à œuvrer pour l’emploi ou l’identité bretonne ;

Un statut de résident permanent pour limiter la spéculation immobilière et permettre aux actifs de se réapproprier nos villes et villages ;

La défense prioritaire de nos entrepreneurs, de nos artisans, de nos PME-PMI. Il s’agit de placer naturellement les forces économiques les plus vives de la Bretagne au centre des marchés. Parmi les contraintes à lever : la simplification des démarches de nos entrepreneurs et l’évaluation de la compétence de leur régime social ;

La baisse des charges sociales et la hausse des salaires par l’arrêt du financement de la France centraliste entraînant la fuite des capitaux et la perte de liberté financière ;

Le développement favorisé de notre identité culturelle et linguistique bretonne (breton et gallo). L’embauche de personnel s’exprimant en breton et/ou en gallo dans les administrations ;

Des impôts levés en Bretagne pour les Bretons ;

La garantie d’une allocation de retraite décente, correspondant au coût de la vie et aux besoins des bénéficiaires, et une protection particulière des retraites : ponctionner les retraites revient à pénaliser le droit de profiter pleinement de la vie. Les ressources sont à trouver dans le dynamisme et la protection économiques d’une nation à l’échelle humaine et responsable ;

Une gestion rapprochée du territoire en collaboration avec les agriculteurs. Ils ont en charge la plus grande partie de la superficie du pays et se donnent pour mission de nourrir la population : nous devons épauler prioritairement les paysans ;

Le développement de la façade maritime au potentiel incroyable. Une politique maritime au centre de l’économie, protectrice des professionnels de la mer ;

La mise en place de circuits courts du producteur au consommateur dans toutes les collectivités publiques ;

Une nationalisation des services à vocation publique : santé, enseignement (respectant les directions privées le cas échéant), poste et télécommunications, des antennes audiovisuelles bretonnes publiques, énergie…

L’intervention de l’Etat breton pour réduire les inégalités salariales ;

Un terme à tout « impôt privé » exigé par les banques par le biais des tarifs bancaires appliqués par les frais de tenue de compte et autres retraits injustes ;

Santé :
Une priorité sur la santé et la recherche scientifique (cellules souches, lutte contre le cancer…), notamment le suivi des soins apportés à nos aînés. La région d’origine des retraités doit mettre la main à la pâte en cette période de baisse des dotations aux collectivités (qui n’est en fait que la confiscation des finances par Paris pour la priorité à l’Ile-de-France) ;

Une sécurité sociale bretonne ;

Une généralisation de l’accessibilité pour toutes les personnes à mobilité réduite ;

Un service public de santé maillant tout le territoire ;

Ecologie, cadre de vie, aménagement du territoire :
Une écologie ambitieuse : protection des bassins versants, l’eau est un bien précieux ; une politique volontaire de reboisement comme exemple à mener contre le réchauffement climatique ; utilisation de la force de l’eau, du vent, de l’énergie solaire pour la production électrique ;

Un aménagement du territoire pensé sur le long terme, dans l’intérêt des Bretons, de leur environnement et de leur économie, et non du centralisme parisien. Un réseau routier et ferroviaire efficace et définitif, la fin des cités dortoirs, un moratoire sur les grandes surfaces et les zones commerciales à perte de vue, le rétablissement des écarts et des hameaux, des centres-villes animés…

Rééquilibrage Ouest-Est grâce notamment au développement de la façade maritime et la fin de la « métropolisation » de l’Est au détriment de l’Ouest breton ;

Education :
Une éducation basée sur les fondamentaux : lire, écrire, compter ;

Des formations adaptées aux secteurs d’emploi ;

Des échanges linguistiques et culturels accrus vers les autres pays, dès l’école maternelle (sensibilisation à d’autres sonorités, échanges de danses, etc) ;

La généralisation du multilinguisme dès le plus jeune âge avec l’enseignement généralisé du breton ou du gallo (au choix) ;

L’enseignement de l’Histoire de Bretagne ;

Justice :
Une justice équitable et ciblée. Cessons de priver le plus grand nombre de libertés à cause des excès d’une minorité. Cela concernera tous les domaines de la vie où la délinquance est croissante ;

L’indépendance totale de la justice : les juges ne peuvent être au service d’un quelconque ministère, de quelque manière que cela soit ;

L’anticipation de la délinquance par un suivi judiciaire et psychologique/psychiatrique des comportements dangereux et cruels avérés (cruauté envers les animaux à titre d’exemple) : l’évaluation par des équipes médicales compétentes du type de prise en charge des patients ;

Toute personne est solvable : en cas d’impossibilité de paiement, la personne condamnée effectuera des travaux d’intérêt général dans le respect de la dignité humaine et des Droits de l’Homme ;

Politique étrangère :
Une politique étrangère respectueuse des autres peuples, non belliqueuse, débarrassée des relents colonialistes et encourageant le commerce équitable, la reconstruction de l’Afrique et de tous les pays en voie de développement.

Le parti politique est structuré par fédérations de pays. Les fédérations ont un bureau élu, un fonctionnement démocratique et s’expriment librement dans le respect des valeurs et principes précités.

Le parti s’accorde le droit de s’allier avec tout autre parti politique qui accepte pleinement chacun de ses points défendus. Ces alliances peuvent se faire localement jusqu’au niveau international.

Pas de site Internet pour le moment!

Contact provisoire : bertrand.deleon@orange.fr

Bertrand Deléon, sur Facebook

 

Source

Breizh Info, 2017, 12 juin

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s