Les fermes-usines aux solutions pour l’industrie

BRETAGNE / NON AUX FERMES-USINES DE LACTALIS (CARHAIX )/ DES SOLUTIONS À L’INDUSTRIE !
CONTRE-EXEMPLE / SUCCÈS de la FROMAGERIE COOPÉRATIVE BIO D’ENTRAMME EN MAYENNE (53) !

Les fermes laitières bio inventent L’AGROALIMENTAIRE relocalisé de DEMAIN.
Motivées davantage par un projet de territoire que par la recherche de plus-value, ces fermes portent des valeurs sociales et écologiques à contre-courant du système industriel dominant, le tout sur la base d’un cahier des charges encore plus strict que celui de l’agriculture biologique.
Une voie alternative, qui redonne du sens au travail quotidien des agriculteurs.
Produire du lait n’est pas forcément synonyme de misère et de soumission aux multinationales, que relocaliser la production alimentaire est possible. Réunissant une QUARANTAINE de fermes laitières BIO, cette coopérative produit autant de lait que l’usine des 1000 vaches dans la Somme, tout en créant CINQ FOIS plus D’EMPLOIS.
(À quelques encablures de Laval, en Mayenne, dans l’ombre du numéro un mondial du lait LACTALIS, une quarantaine de fermes laitières bio se sont regroupées au sein d’une fromagerie collective.).
Aujourd’hui, 10 % du lait est transformé en fromages, le reste étant vendu à divers transformateurs.
Les quelques 100 tonnes de fromages produites sont commercialisées le plus LOCALEMENT possible, dont 75 % dans un rayon de 100 km, à moins d’une heure de livraison.
Là encore, on est loin du modèle économique des 1000 VACHES, de BEL ou LACTALIS…
CONTRE-EXEMPLE EN BRETAGNE : SYNUTRA (29)
Dans le CENTRE-BRETAGNE,CARHAIX (FINISTÈRE), ville à la campagne, a toujours tenté de rendre son territoire aussi attractif que la côte. Le KREIZ BREIZH (« centre de la Bretagne ») est marqué par les fermetures d’usines agroalimentaires : MARINE HARVEST, la base INTERMARCHÉ, TILLY SABCO, GAD, DOUX, ENTREMONT et d’autres.

Avec un TAUX de PAUVRETÉ de 17 % en 2012 pour la communauté de communes du KREIZ BREIZH, selon l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), le centre Bretagne est le parent pauvre d’une région touristique économiquement puissante.
Les champs de plus en plus grands, parfois jaunis par les pesticides, alternent avec les grandes usines en tôle.
Au bord de la rocade de Carhaix, une nouvelle usine est apparue.
L’entreprise chinoise SYNUTRA concrétise un projet qui a officiellement débuté en 2012 : une USINE DE LAIT en POUDRE.
Elle veut y exporter en CHINE du lait pour nourrissons.
EMPLOIS, DÉBOUCHÉS pour les producteurs locaux, le PROJET se veut le symbole du renouveau d’une région sinistrée. Pourtant, le GIGANTISME INDUSTRIEL qu’il met en oeuvre pourrait sonner le glas des petites fermes!

Reporterre, 2016, 8 février – « En Bretagne, « l’usine à lait » prépare la fermeture de millier de petites fermes »

Bastamg, 2017, 9 juin -« Comment une coopérative laitière émancipe les agriculteurs de leur soumission aux multinationales et au marché »

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s