Istor: Michel MARION, corsaire Breton

ISTOR  / MICHEL MARION / CORSAIRE BRETON / KEMPER
1487. Le Quimpérois Michel Marion au secours du duc de Bretagne

Lors de la folle guerre entre le duché de Bretagne et le royaume de France, le Quimpérois Michel Marion s’est distingué en armant un navire de guerre pour venir secourir Nantes assiégée. Ce geste lui a attiré le courroux de quelques seigneurs acquis au roi de France, mais également la reconnaissance d’Anne de Bretagne.

En ces années 1486-1487, les menaces s’accumulent sur le duché de Bretagne. Sous le gouvernement de François II, ce dernier n’a cessé de renforcer son indépendance vis-à-vis du royaume de France. Il s’est doté d’administrations modernes pour leur temps. Il possède sa propre armée et une diplomatie.
La folle guerre de Bretagne

En mai 1487, l’armée française pénètre en Bretagne avec plus de 15 000 hommes.
A Malestroit, le duc de Bretagne rassemble près de 16 000 hommes, avec 600 lances et de nombreux paysans armés.
Mais l’avancée française est fulgurante. Plusieurs forteresses des Marches tombent, dont Ancenis, Châteaubriant, La Guerche et Redon. François II s’enfuit vers Vannes puis rejoint Nantes.
Nantes était donc assiégée le 19 juin quand un navire fortement armé et manœuvré par une centaine de Cornouaillais fait route vers la ville. En passant devant le camp des assiégeants, il tire une bordée de ses canons, avant d’aller accoster au port de Nantes.
Le navire avait été armé par un marchand de Quimper, Michel Marion.

Source: blog Jean Floc’h

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s